Stéphane Pons, responsable de contrat et technicien méthodes et Cédric Landry, chef d’équipe, interviennent dans le cadre de contrats de démantèlement au CEA Valduc. Ils ont mis au point un nouveau procédé pour la découpe de tuyauteries en environnement contaminé PU ou U qui a été validé par le CEA. Une innovation intéressante à plus d’un titre !

En environnement contaminé, la technique classique pour effectuer une découpe de tuyauterie « en étanche » consiste à positionner une poche vinyle autour du tuyau ou de monter une boite d’intervention, puis à insérer la scie sabre qui permettra de découper le tuyau. Le concept élaboré par Stéphane et Cédric vise à améliorer ce procédé, habituellement utilisé dans le cadre du démantèlement.

L’amélioration comporte deux aspects :

  1. Le choix de l’outillage pour que le mouvement de découpe soit pendulaire et maitrisé. En outre, ils ont opté pour une scie sabre équipée d’un axe de guidage et d’un régulateur de vitesse. L’axe de la scie repose sur un double étau permettant de maintenir les deux parties de la tuyauterie, ce qui limite le risque de chute de la scie et la perforation de la manche par la lame. L’opérateur est ainsi plus à l’aise pendant la découpe.
  2. L’impression en 3D d’une cage démontable, qui se positionne autour du tuyau et permet de renforcer la manche étanche autour de la zone de découpe. Il est également possible d’ajouter d’autres éléments, comme des filtres ou un rond de gants pour évacuer les déchets.

Les avantages de cette innovation sont multiples :

  • sécurité : moins de risques de coupure,
  • sûreté : limitation du risque de perte de confinement par percement ou rupture de la manche,
  • financier : l’impression 3D de la structure plastique coute peu cher en comparaison aux alternatives qui nécessite d’utiliser des équipements de découpe onéreux souvent à usage unique (coupe tube à chaîne ou à cliquet) ou l’emploi de boite d’intervention sur-mesure en plexiglas. De plus il y a un gain sur la durée d’intervention qui justifie largement l’investissement de l’imprimante 3D.

Dépôt d’une enveloppe Soleau

Pour valoriser cette initiative de terrain et concrétiser le concept, une enveloppe Soleau a été déposée auprès de l’INPI* avec l’aide de Louis Wedrychowski, responsable Excellence Opérationnelle à la Direction Régionale Cycle du Combustible Est chez ENDEL. Une enveloppe Soleau constitue une preuve de création et permet de dater le procédé. Ce n’est pas une protection de propriété intellectuelle. « Elle montre la capacité d’innovation des équipes dans un environnement très technique », souligne-t-il. Après analyse des risques, le CEA a validé le procédé. La mise en pratique en conditions réelles doit démarrer très prochainement.

*Institut national de la propriété intellectuelle

1635259334006